Concert à Fribourg (Allemagne)
le 26 avril 1997


Comme c'est le cas au moins une fois par an depuis plusieurs années déjà, Giant Sand était en tournée en Europe ces dernières semaines. Et une fois de plus, alors qu'ils ont contourné consciencieusement notre pays en passant notamment par Londres, Bruxelles et Fribourg (à une petite cinquantaine de kilomètres de Strasbourg), nous n'avons pas eu droit à un concert en France. Un concert était bien prévu à Nancy le 5 mai, mais il était dans la dernière semaine de tournée, que le groupe a dû annuler !!!

Giant Sand live  Freiburg (Allemagne), 27 avril 1997

Voici donc un (très bon) groupe, qui sort des disques à tour de bras depuis 1985, qui tourne, et qui n'a pas joué chez nous depuis 1986 ! (un concert avec les Cramps apparemment). Il faut dire qu'au moins à l'époque leurs disques sortaient en France, chez New Rose, ce qui n'est plus le cas depuis 10 ans maintenant, à la seule exception de 'Glum' en 94.

Alors il a bien fallu faire le déplacement pour enfin voir Giant Sand en concert, à Fribourg donc, au Jazzhaus, une salle en sous-sol dont l'entrée se situe entre deux immeubles modernes, le long d'un boulevard. Et la surprise, c'est que si la rue est moderne, le sous-sol est ancien, très ancien, puisque la salle est une grande salle voutée, qui se trouve plus ou moins à l'emplacement des anciens remparts de la ville si j'ai bien compris. L'autre surprise, c'est que deux tournées se rencontrent ce soir au Jazzhaus : celle de Giant Sand et Crowsdell, e celle de Swell et des Radar Bros (qui, elle, est passée par la France).

Quatre groupes donc, pour un programme copieux, très copieux (carrément un festival, selon Howe Gelb). Un progamme trop copieux même, pour le fan de Giant Sand : malgré une organisation parfaite, Giant Sand ne montera sur scène qu'après minuit, et jouera probablement un peu moins longtemps que les autres soirs.
Point positif cependant : si Radar Bros et Swell ont été égaux à eux-mêmes, la découverte de la soirée aura été pour moi Crowsdell, un groupe très bon, que je ne connaissais pas du tout, mais qui n'est pas pour autant débutant : elles (c'est trois filles depuis que le bassiste est parti à la fin de l'an dernier) ont sorti un album, 'Dreamette' l'an passé, et ont eu au moins un disque produit par Steven Malkmus de Pavement.

Giant Sand se présente sur scène en trio : Howe Gelb à la guitare, aux claviers et au chant, John Convertino à la batterie et Joey Burn à la basse. Mine de rien, même si de nombreuses autres personnes les rejoignent souvent sur disque et sur scène, ces trois-là forment le noyau de base du groupe depuis 1991 déjà. Ils se connaissent bien , et ce sont de très bons musiciens, ils peuvent donc se permettre de prendre beaucoup de risques, de jouer en quelque sorte sans filet. Car, si le groupe est en fin de tournée - une vrai avec des concerts tous les jours sans interruption - il n'a visiblement pas envie de se contenter du minimum syndical (10-15 titres, les mêmes tous les soirs, un rappel et retour à l'hôtel). Non, leur concert est une vraie performance, sans set list pré-établie, qui, à partir d'un premier titre ('Yer ropes') part à l'aventure sans aucun temps mort, rebondissant d'un morceau à l'autre, d'une ambiance à une autre, grâce à un accord de guitare, un regard échangés par les musiciens, ou une idée qui fuse, généralement lancée par Howe Gelb grâce à son outil préféré : le walkman !
En effet (on peut d'ailleurs s'en rendre compte en écoutant le live 'Backyard barbecue broadcast'), Howe Gelb utilise constamment un petit magnétophone enregistreur, en lecture ('hé les gars, qu'est-ce que à ça peut bien être ça ?'), mais aussi en enregistrement : ils peuvent ainsi repasser presque instantanément des bouts de morceaux qu'ils viennent de jouer, sur lesquels ils rajoutent des bouts ou réimprovisent, ou bien Howe chante quelques phrases ou dit quelques mots qui peuvent servir de trame au morceau suivant.

C'est en vivant un de leurs concerts qu'on peut comprendre comment un groupe comme Giant Sand peut sortir deux albums live à 6 mois d'écart sans qu'il n'y ait aucune redite. Ils en sortiraient 10 que ce serait pareil ! C'est pourquoi, si vous voulez vraiment apprécier ce groupe, ne vous contentez pas de leurs albums, allez les voir en concert, où qu'ils jouent, que ce soit chez eux à Tucson, Arizona, ou à deux pas de chez vous !


This is an account of the concert that Giant Sand played at the Jazzhaus in Freiburg, Germany, on April 26th 1997.

Au moment même où avec 'Glum' en 95, Giant Sand s'offrait enfin une distribution correcte pour un de ses albums, il semble bien que le label qui les avait signés, Imago, a fait plus ou moins faillite ! Cela n'a cependant pas empêché le groupe de produire son quota habituel d'albums, comme depuis presque 15 ans. Cette fois-ci, il s'agit de deux albums live, par le canal habituel (leur label Amazing Black Sand, licencié en Allemagne par Enemy). Le premier, 'Goods and services', est enregistré en 95,principalement en Europe. Il est en majorité électrique, un peu trop même par moments lors de certains longs morceaux. Mais on y trouve aussi 'Bender', le bon inédit 'Surfin' lean' et une superbe reprise de Carly Simon, 'You're so vain', enregistrée en Hollande avec leur pote Vic Chesnut. Le second, 'Backyard barbecue broadcast' a été enregistré en deux fois pour la radio WFMU de New-York. La meilleure partie est celle enregistrée en plein-air lors du barbecue annuel de la radio. On y retrouve notamment une version instrumentale de 'Que reste-t-il de nos amours ?', une aure version de 'Lean' et plein d'autres bonnes choses.
Nous avons également eu droit à une deuxième compilation Giant Songs sur leur ancien label anglais Demon, un bon résumé pour ceux qui n'ont pas suivi tous les épisodes avec un presque inédit (morceau de Noël sorti uniquement en 45t promo).
Il y a eu également, chez Sub Pop s'il vous plait, le 1er album de Friends of Dean Martinez, un groupe de rock/surf instrumental qui comprend plusieurs membres ou anciens membres de Giant Sand. Un album cool qui, bizarrement, s'est presque retrouvé happé par la vague easy listening de début 96.
Pour finir, notons que Giant Sand, ou même Howe Gelb en solo, continue de tourner régulièrement chaque année en Europe. Mais malheureusement leur Europe comprend surtout l'Allemagne et la Hollande, et nous pauvre français sommes ne pouvons même pas envisager de nous déplacer, faute d'informations ! Cela changera peut-être grâce à la page d'information que le fan allemand Martin Dohls tient à jour sur Internet (
The unofficial Giant Sand Homepage ), qui est complète et régulièrement mise à jour. C'est d'ailleurs lui qui nous annonce d'ici la fin de l'année plusieurs sorties, dont un album de Giand Sand et un deuxième album solo de Howe Gelb !

Un documentaire vidéo, "Drunken bees", mis en scène par une française!, Marianne Dissard, est sorti fin 1996. Il est disponible (en NTSC) chez CD Now. Pour éponger les éventuelles dettes de ce documentaire, un CD en édition limitée ("Official bootleg vol. 1) est sorti, en édition limitée, chez Epiphany. Il est uniquement disponible sur les lieux de concert ou chez Impact Music. attention, leur site web est en train d'être refait et les commandes ne sont possibles aux dernièrs nouvelles que par courrier électronique.
Par ailleurs, un disque d'OP8, soit Giant Sand plus Lisa Germano, vient de sortir. On le trouvenotamment chez Cd Universe.

PS : Au jour d'aujour'hui (13 avril 1997), une tournée Giant Sand est en cours en Europe. Un concert est même prévu au Caveau des Dominicains de Nancy, le 5 mai. Vérifiez cependant auprès d'eux, car le concert n'est pas définitivement confirmé.



Giant Sand logo

ramenez-moi à la maison!