GELB/BURNS/CONVERTINO :
ABONDANCE DE TALENT NE PEUT PAS NUIRE !
GIANT SAND

A ce jour, j'ai eu la chance de voir Giant Sand en concert trois fois, Calexico trois fois également, Howe Gelb et OP8 (en l'absence de Howe) une fois chacun.
Au printemps 2000, les trois membres de Giant Sand ont dû donner la migraine à leurs tourneurs respectifs pour leur visite en Europe. J'avais fait la synthèse des concerts annoncés pour ce fanzine, et c'était presque du délire : une semaine Giant Sand, puis Calexico à un bout de l'Europe et Howe en solo à un autre, avant de se retrouver quelques jours et de se reséparer...
Mais surtout, en voyant Giant Sand en concert en Hollande, je n'ai pu m'empêcher de ressentir par moments un certain malaise. En effet, comme ça a toujours été le cas depuis 1985, Howe Gelb est et reste le leader incontesté de Giant Sand. Le groupe ne joue que ses compositions, et il est à l'écoute de la fièvre créatrice de Howe qui, sur scène comme souvent en studio, se laisse guider par les à-coups de son inspiration à base d'enregistrements au walkman, de sampler à pédale ou de riff de guitare.
Mais, depuis 1997, de l'eau a coulé sous les ponts. Après avoir collaboré en tant que section rythmique avec nombre d'artistes indie-rock US, Joey et John se sont mis à composer leurs propres morceaux, d'abord pour les Friends of Dean Martinez, puis pour Spoke et Calexico. Ils ont maintenant sorti trois albums, Joey a pris de l'assurance en tant que chanteur et guitariste, et surtout Calexico mène sa propre carrière qui, en Europe au moins, a actuellement et ironiquement un profil médiatique et commercial plus élevé que celui de Giant Sand.
D'où ce malaise que j'ai ressenti à plusieurs moments, de voir Joey passer un concert entier en tant que bassiste/choriste occasionnel talentueux, en sachant que le lendemain il sera au milieu de la scène à interpréter ses chansons, tandis que Howe serait dans une autre ville pour un concert solo, dans une salle plus petite avec sa guitare, son piano et son walkman.
On sait, d'après les nombreuses interviews que Howe a données lors de la sortie de "Chore of enchantment", que Giant Sand a connu une période difficile depuis la mort de Rainer en 1997 (panne d'inspiration, éloignement du groupe dû au démarrage de Calexico, problèmes de labels qui ont retardé la sortie d'un nouveau disque...), et, comme Howe l'a dit au magazine Les Inrockuptibles, Giant Sand se situe à la croisée des chemins : "Actuellement, j'en suis à essayer de comprendre si je joue encore dans un groupe, ou simplement avec des musiciens".

GIANT SAND en concert  Paris, La Maroquinerie, 3 mai 2000. Photos  CathiminiGIANT SAND en concert  Paris, La Maroquinerie, 3 mai 2000. Photos  CathiminiGIANT SAND en concert  Paris, La Maroquinerie, 3 mai 2000. Photos  Cathiminios  CathiminiGIANT SAND en concert  Paris, La Maroquinerie, 3 mai 2000. Photos  Cathimini
GIANT SAND en concert à Paris, La Maroquinerie, 3 mai 2000. Photos © Cathimini

On préférerait bien sûr que Giant Sand reste un grand groupe ! Et ce n'est pas un hasard si, en plus de quinze ans de carrière, la formation de base Gelb/Burns/Convertino en trio tient depuis près de dix ans maintenant. Les musiciens talentueux sont légion, mais il serait sûrement difficile d'égaler cette formation équilibrée et efficace. On ne peut donc qu'espérer que les trois compères trouveront la formule magique qui permette à chacun d'entre eux de s'exprimer à la mesure de son talent, tout en créant ensemble en tant que Giant Sand. Le fait que le groupe a repris ses tournées régulières depuis octobre 1999 est plutôt un bon signe !
L'espérience OP8 avec l'album "Slush" et la tournée européenne qui a suivi a quelque peu montré une voie possible (compositions partagées, plusieurs chanteurs,...), et la mort de Rainer a probablement interrompu un processus intéressant, le meilleur exemple étant peut-être "Never see it coming", dont la version instrumentale par Calexico sur "The black light" est intéressante, mais la chanson est sublimée par les paroles et le chant de Howe sur "Slush".
C'est pourquoi je regrette que le concert d'OP8 que j'ai eu la chance de voir à Reims en octobre 1997 ait été un concert sans Howe : j'aurais pu mieux me rendre compte de ce que donnait en concert l'expérience d'un groupe où Howe, Joey et Lisa Germano chantent à tour de rôle.
Je n'étais pas non plus à New-York lors de cette soirée où Howe Gelb et Calexico se sont retrouvés en concert le même soir dans la même ville, et se sont rejoints à un moment sur scène : était-ce un concert de Giant Sand, ou du Calexico+Howe Gelb ou quelque chose d'autre encore ?
Car c'est sûrement là que se situe une des formules magiques, pour les concerts en tout cas, la question ne se posant pas de la même façon pour les enregistrements en studio.

GIANT SAND


Le 20 octobre 2000, j'aurais la chance d'assister au premier concert de Giant Sand à Reims, dans le cadre du festival Octob'rock. Si je peux me permettre, voici le programme du concert dont je souhaiterais bénéficier ce soir-là : ouverture du concert par Howe Gelb en solo (3/4 d'heure), puis une heure de set de Calexico (pas de problème si c'est en duo, sans mariachis ni basse ni trompettes : plus ça va, et plus "Spoke" devient mon album préféré de Calexico. D'ailleurs, "Service and repair", le prochain single de Calexico pourait être la suite du morceau "Spokes" de "Spoke"), puis évidemment un concert de deux heures de Giant Sand !
Ce n'est peut-être pas la panacée, mais je suis sûr qu'un jour ou l'autre l'organisateur d'un festival ou les tourneurs respectifs de Giant Sand, Howe Gelb et Calexico auront la bonne idée de nous proposer cette affiche, ce qui m'évitera d'avoir à parcourir l'Europe de long en large pour voir les trois séparément !
Mais il ne faut pas que je devienne trop exigant en matière de programmation rêvée pour les concerts : si Jonathan Richman et Giant Sand n'ont à ma connaissance pas encore enregistré ensemble comme je l'ai rêvé, l'organisateur du concert de Nantes le 23 octobre a eu l'excellent idée de mettre au même programme Giant Sand et Jonathan Richman. Finalement, même si Gelb, Burns et Convertino viennent à Reims avec mon programme rêvé, il y a fort à parier que je devrai quand même voyager un peu pour voir des concerts cet automne !

Giant Sand logo

ramenez-moi à la maison!